Start-ups: vers la digitalisation des points de vente

ParSarah

Start-ups: vers la digitalisation des points de vente

digitalisation des point de vente

On a longtemps vécu dans un système banal où toute forme de vente se réalise dans l’espace physique. Compte tenu des contraintes rencontrées lors de la construction des locaux dédiés au commerce, le cerveau humain a concocté un moyen susceptible de les esquiver. C’est alors qu’il a découvert la digitalisation des points de vente qui non seulement évite les problèmes liés à la géographie, mais permet également l’entrée de la campagne au sein de la concurrence internationale. Pour une irruption triomphale dans de ce milieu encore méconnu, les européens préfèrent solliciter l’aide des startups. Malgré le fait que la virtualisation présente des risques, les secteurs y tournent leur attention : tourisme, loisirs, banque, assurance…

Rôles de la start-up dans la conception de la vente en ligne

Les grandes entreprises comme les PME s’intéressent davantage à l’e-commerce, mais ce domaine est très instable pour ceux qui ne le maîtrisent pas encore. Cette raison les pousse à chercher des associés sachant leur montrer comment digitaliser son point de vente. En effet, les startups sont très prisées en matière d’accompagnement : un tiers des sociétés existant en Europe choisissent ce type de partenariat afin de combler leur manque en capacités digitales. Cette préférence s’explique notamment par la richesse des jeunes entrepreneurs en idées avant-gardistes et leur polyvalence. Leur prestation de service est d’ailleurs très rapide et sa délocalisation n’occasionne aucune contrainte d’espace, ce qui garantit souvent un rendu satisfaisant. Mais concrètement, quels sont donc les rôles des startups dans ces projets ?

Pendant la première vague du coronavirus, le gouvernement faisait appel à des projets visant à améliorer le domaine de la santé grâce aux idées des startupers. L’attente de ce dernier était d’obtenir des innovations, que ce soit technologique, au niveau de l’organisation ou au niveau du système de management pour l’appui du système médical. La fonction première de la start-up serait donc d’apporter de nouvelles inspirations pour les entreprises. En effet, la routine de ces dernières permet moins la créativité, d’où la nécessité de s’approvisionner en jeunes ressources humaines. Cela leur ouvre des portes vers des opportunités plus alléchantes et assure donc la pérennité de la société.

Mais encore, les startups sont reconnues pour leur capacité excellente en relations clients. Elles mettent en œuvre leurs compétences pour se rapprocher des principales cibles : partenaires, clients directs et prospects. Grâce à leurs talents de designer, de rédacteur, de développeur web et tant d’autres, il devient plus facile d’attirer l’attention du public et de susciter son intérêt. L’installation d’un business model favorable s’avère être le facteur clé pour aboutir avec succès à des résultats honorables.

Secteurs concernés par la digitalisation des points de vente

Certains secteurs se demandent sûrement : pourquoi digitaliser son point de vente ? Il faut rappeler que toute entreprise proposant des biens ou des services peut étendre leurs activités sur la toile. Une hausse de 10 % a été observée entre 2016 et 2017 dans la création de vente en ligne, et probablement les chiffres se sont accrus au cours de l’année 2020 du au confinement. Le secteur le plus évident est le marketing puisqu’il est lié directement à la vente de consommables ou de matériels. C’est l’exemple de Qwartz, un centre commercial qui est fraichement apparu en 2014, ayant fait l’objet d’une fréquentation de 8 millions de visiteurs pendant la même année grâce à son système Digital Factory.

Par ailleurs, le marché des services informatiques profite également la digitalisation des points de vente. Innovorder, une start-up française spécialisée en vente de logiciels en SaaS a misé sur l’optimisation de l’expérience client afin de « s’adapter aux nouvelles attentes », précisait le CEO de la jeune entreprise. En 2019, il comptait déjà 600 clients avec plus de 17 000 points de vente dans le monde.

La restauration exploite aussi les services d’achat en ligne pour mieux satisfaire encore plus les clients et se rapprocher d’eux pendant le confinement. Le gérant étant occupé la plupart du temps dans les locaux, les restaurants préfèrent convoiter les services des startups comme Eatizzy pour se charger des commandes et de la livraison des mets. Cette enseigne a pour but de relancer et booster l’activité des restaurateurs grâce à la gestion des points de vente en ligne. Les agences immobilières, quant à elles, déploient la digitalisation des points de vente en utilisant la visite virtuelle.

En outre, le concept d’achat en ligne a pris son succès dans l’agriculture pendant les situations d’urgence sanitaire. La vente de paniers préparés de fruits et légumes est de plus en plus présente sur le web. C’est ainsi que Potager City met en avant dans son site la possibilité de composer ses provisions en ligne et de choisir le menu simple ou le menu abonnement. L’achat se réalise pareillement par voie électronique et les produits peuvent être récupérés auprès du commerçant le plus proche, selon un principe de circuit court.

click and collect

Principe idéal pour le confinement : click and collect

Compte tenu des restrictions de sortie émanant du gouvernement, les producteurs ont recours sur le système click and collect, un modèle précis de digitalisation des points de vente. Plus précisément, ce processus consiste à commander et faire un achat en ligne, puis récupérer son produit auprès d’un magasin le plus proche. Les mécanismes de vente se réalisent donc en ligne, tandis que la procuration des courses s’effectue dans le monde physique. C’est un moyen très pratique en situation d’urgence sanitaire, puisqu’il participe à la réduction des infections par contact. Monoprix en est un exemple : l’entreprise propose des produits de tout genre disponible sur leur site web, ayant maintenant plus de 15 000 références et plusieurs points de retrait en France.

Toutefois, il faut savoir faire la différence entre click and collect et e-réservation. Beaucoup ignorent le fait que le système click and collect désigne un achat définitif. Cette évidence est pourtant remarquable rien que par son appellation : cliquez et recevez. Il est donc conseillé au client de bien réfléchir avant l’achat puisqu’il ne sera plus en mesure de revenir sur sa décision une fois le choix fait. Contrairement à cela, l’e-réservation permet à l’acheteur de retenir un article momentanément jusqu’à ce qu’il confirme ou refuse son achat. Cette dernière est justement conçue pour accorder au consommateur le droit d’hésitation.

À propos de l’auteur

Sarah subscriber

    Laisser un commentaire